De nouveaux motifs pour les sacs à vrac.

Je suis terriblement en retard dans la préparation de mes cadeaux de noël cette année !

D’habitude, à cette date, tout est bouclé, il ne me reste plus qu’à réfléchir aux emballages !

Là pour l’instant rien n’est fait ! Ça va être chaud doudou !

Si vous aussi vous êtes à la bourre, et en manque d’idée, pourquoi ne pas penser aux sacs à vrac !

Au moins c’est utile et pratique !

En plus je viens de remplir la boutique et j’en ai profité pour enrichir la collection de motif avec deux nouveautés !

Un motif avec plein de légumes, inspiré de mon torchon « retour du potager ».

Il est gai plein de peps, de quoi rendre la corvée de course presque joyeuse !

Un motif carotte, parce que l’hiver les carottes ça donne bonne mine !

Un motif kiwi, pour faire le plein de vitamine C !

Et puis j’ai retravaillé le motif Radis. Je lui ai donné un peu plus de profondeur, en ajoutant un peu de texture.

Vous pouvez retrouver tous les sacs à vrac dans la boutique !

Attention ça part à une vitesse incroyable, avant même que je n’ai le temps de faire le billet et déjà certains motifs sont au bord de la rupture, ils partent au fur et à mesure que je les met en vitrine !

 


 

Dans exactement deux semaines, je saurais si je suis embauchée ou pas. Et franchement à ce jour, je serais bien incapable de faire des pronostics.

Certains jours je me dis que je ne me débrouille pas trop mal et que je me situe dans la moyenne haute du groupe, et d’autres, je me dis que vraiment, je n’assure pas une cacahuète et que je n’ai aucune chance.

C’est les montagnes russes, alors j’ai pris le parti de me contenter de me nourrir d’un maximum d’apprentissages, de profiter de ces dernières semaines pour consolider ce que j’ai déjà appris. Ce sera toujours ça que je garderais quoi qu’il arrive.

C’est tellement intéressant que je pense que si jamais cela ne se concrétisait pas, je chercherais une autre formation dans le domaine. Je pense m’être découverte une vocation, tardive certes, mais cela a été une vraie révélation.

A cette heure je suis derrière ma machine, et je me berce du ronron rassurant de l’atelier.

Que cette journée vous soit douce et créative !

Publicités

Calendrier de l’avent

Je m’étonne moi-même ! J’ai réussi à terminer mon calendrier de l’avant avant que l’on soit en décembre. Et en ce moment c’est un exploit !!!

Alors !!! On reprend mes chères cabines de téléphérique, on les transforme en boites à surprises !

Pour l’installation je me suis servie d’un grand cadre sur lequel j’ai pour l’instant tendu un molleton blanc pour imiter la neige…

Mais après réflexion, je vais imprimer sur papier mon torchon « à la montagne » auquel je vais retirer les cabines pour avoir un joli décor de fond.

Comme je sais que je n’aurais pas beaucoup de temps pour ma déco de table, je me servirais de mes cabine comme boite pour y ranger mes incontournables et traditionnels petits gâteaux de noël aux amandes en forme de lunes.

Bien évidement vous pouvez imprimez comme vous voudrez mes cabine pour vous confectionner un calendrier de l’avant qui sort un peu de l’ordinaire !






Que cette journée vous soit douce et créative !

Calendrier de Décembre

J’ai du mal à croire que l’année est déjà presque terminée. Que dans quelques semaines ce sera déjà Noël…

Le temps passe si vite, j’aimerai tant pouvoir le retenir un peu…

Allez hop ! Hop ! Hop ! Stop à la nostalgie et faites chauffer les imprimantes !!!

Un calendrier tout chaud tout beau à imprimer autant de fois que vous voudrez !

Il faut vraiment que je me fasse à l’idée que Noël est tout proche et qu’il faut vraiment que je me mette sérieusement à mes préparatifs.

Aujourd’hui il me reste exactement un mois de formation, celle-ci prend fin le 20 décembre. Dans un mois je saurais si je suis prise en contrat de qualification ou s’il faut que je me remette à chercher un autre travail.

Comme j’ai écrit ce billet hier soir, là en ce moment je suis derrière ma machine à coudre et j’essaye surement de ne pas penser à cette échéance si proche à présent…

Que cette journée vous soit douce et créative !

Marque place pour table de noël

Mes journées sont ultra intenses avec ma formation. Et lorsque je rentre je me sens lessivée. Alors si je veux avoir un minimum de déco pour ma table de noël, il est plus que temps de m’y mettre.

Mon thème cette année, la montagne avec comme fil conducteur les téléphérique rouge. Oui ! J’ai envie d’une table avec le rouge en couleur dominante, traditionnelle quoi !

Vous pouvez d’ailleurs retrouver le torchon calendrier sur Spoonflower ou sur Roostery.

J’ai donc décidé de testé les feuilles de plastique dingue de couleur. Un grand merci au site www.plastiquefou.com qui m’a gracieusement envoyé le matériel nécessaire.

J’avais envie de faire des marque-place en forme de cabine de téléphérique qui seraient aussi des photophores.

J’ai dû revoir un peu mon projet. Les feuilles de plastique fou rouge ne réagissent pas très bien aux pièces de grande taille à la cuisson.

Du coup j’ai réduit la taille des pièces de qui m’a donné de trop mignon marque-place.

Si ça vous dit de les faire je mets les gabarits en téléchargement gratuit.

Plusieurs semaines sont passées et aujourd’hui je suis exactement à mi-parcours de ma formation.

Nous ne sommes plus que dix, deux équipières ont abandonné.

Les semaines écoulées ont été épuisante. Un véritable Kholanta. Je n’aurais jamais imaginé que ce serait si difficile, si technique. J’ai craqué plus d’une fois, jusqu’aux larmes, buttant pendant plusieurs jours de suite sur des opérations qui pourtant peuvent paraitre simples. J’ai maudit le guide ourleur de 1 cm qui m’a donné tant de fil à retordre. Je me suis battu contre la machine qui est si rapide et elle s’est largement vengée de moi parce que je ne lâchais pas le tissu en m’envoyant dans le décor !

Cependant, à mi-parcours, je suis fière du chemin que j’ai fait.

Surtout plus l’on avance, plus on se rapproche de ce que nous ferons ensuite au quotidien, et plus je prends un réel plaisir. Et prendre du plaisir dans le travail que l’on fait c’est vraiment un cadeau précieux.

Je n’ai jamais été aussi fatiguée en fin de journée. Jamais je n’aurais imaginé que la couture en industrie pourrait être aussi physique, digne d’un sport à haut niveau.

C’est partie pour les dernière semaines de formation, ensuite si tout vas bien, nous intégrerons l’entreprise.

Je vous laisse à cette heure je suis en train de faire des ourlets le plus vite possible, pédale au plancher, tout en contrôlant la fin pour ne pas casser le fil ou pire l’aiguille !

Que cette journée vous soit douce et créative.

Retour du jardin potager.

Depuis que j’ai commencé ma formation, je ne trouve plus aucune énergie pour être créative. Et je dois le reconnaitre, j’en souffre. Alors même si je n’arrête pas de me dire que je ne peux pas être au four et au moulin, que je ne dois pas me mettre la pression, ça me manque terriblement.

Heureusement qu’il y a les concours Spoonflower avec des thèmes qui m’inspire tellement que j’arrive à aller puiser loin en moi le petit reste d’énergie pour dessiner encore un peu.

Comment résister au thème «retour du jardin potager » à décliner sur un torchon ?

Voilà mon interprétation, je l’aime particulièrement, alors j’espère que vous aussi vous l’apprécierez, car encore une fois je vais avoir besoin de votre mobilisation pour espérer me hisser dans le top 10.

A vos mulot, on empoigne à pleine main la bêbête et on lui clic sur la tête sauvagement !

Pour ceux qui passeraient par là pour la première fois, la procédure du vote en image c’est ICI.

La semaine n’est pas encore finie et pourtant j’ai déjà l’impression de ne plus avoir de jus. Cette formation est vraiment très intense, avec des savoir-faire très importants à maîtriser cette semaine, qui seront mis en application au quotidien dans la chaîne de production plus tard.  Cela me demande une concentration extrême.

Bon allez je vous laisse, à cette heure je suis en train de nettoyer ma machine, et je m’apprête à prendre la route pour ma deuxième journée, celle à la maison. (Eh oui ! j’ai écrit ce billet hier soir !)

Que cette journée vous soit douce et créative !

Bientôt Novembre…

Difficile d’imaginer que le mois de novembre est bientôt là, avec les températures estivales de ce week-end. Et pourtant…

Alors hop ! Hop ! Hop ! J’essaye de reprendre le bon rythme et de vous proposer à l’impression le calendrier du mois suffisamment en avance.

Hop ! Hop ! Hop ! On fait chauffer l’imprimante et on imprime autant de fois que vous voudrez le calendrier du mois de novembre.

Oh ! Oh ! Je vous sens impatients de savoir comment s’est passée ma deuxième semaine, derrière mon étalon de fer sauvage, ma formule 1 de couture, mon futur outil de travail lorsque la formation sera terminée.

Alors pour commencer j’ai enfin totalement dompté l’animal. Ma machine m’obéis au pied et à l’œil !

Je me fais même plaisir en faisant de belle pointe de vitesse. Et je dois dire que j’aime entendre rugir son moteur !

Cette semaine, nous avons appris à ourler à l’aide d’un guide ourleur. Il m’a fallu un bon moment avant de trouver le geste parfait. J’ai eu un paquet de crampes dans les mains. Heureusement nous avons une formatrice d’une patience et d’une pédagogie extraordinaire. A force de venir corriger ma posture, les positions de mes mains, j’ai enfin pris le bon geste, celui ou aucune partie du corps ne souffre.

A la fin de la semaine, j’étais capable de manier, bon pas encore à pleine vitesse, tous les guides ourleurs mis à notre disposition. Du plus petit pour des ourlets de 1 cm au plus grand pour faire des ourlets de 10 cm. Il en existe des plus petits et des plus grands encore, mais l’entreprise ne les utilise que rarement.

J’ai découvert aussi cette semaine, à mes dépends, ce qui m’a valu pas mal de frustrations et d’agacements, qu’en dehors de leur puissance et rapidité, ces machines exigeaient un réglage extrêmement pointu.

Nous avions bien vu rapidement les réglages de bases en première semaine. Tension du fils, longueur de fil après coupe, pression du pied presseur. Mais c’était plus un rapide aperçu, sans réelle mise en application.

Lorsque j’ai attaqué des ourlets un peu larges, alors que je pensais bien maitriser la gestuelle, tout est parti en cacahouète. Il a fallu l’intervention de la chef d’atelier, qui forte de sa longue expérience, de loin à repérer que le réglage de ma machine était totalement fantaisiste.

Pas le réglage basique que j’avais effectué avant de démarrer ma série de pièce d’étude. Celui-ci à ma plus grande satisfaction était plutôt correct. Il existe un réglage bien plus pointu, pour régler le pooler, sorte de rouleau compresseur situé juste derrière le pied presseur, qui permet lorsqu’il est bien réglé, de faire dérouler la matière de façon régulière et uniforme.

Me voyant m’agacer sérieusement elle est accourue à mon secours pour régler ce très vilain pooler qui me faisait des misères.

Et bien ce fameux pooler, si il est mal régler, peut vous pourrir la vie et vous ruiner même un mental de fer. Vous croyez que tout va bien, votre pièce se déroule sans encombre et tout à coup sans crier gare, elle se fait la malle. Et si par malheur vous tentez de la retenir, le tissu se cabre et vous vous retrouvez avec un ourlet totalement vrillé. Le genre de situations qui, si on ne sait pas que c’est ce fichu pooler le coupable, peu vite devenir suuuuper énervant.

Sinon en dehors de ce petit incident mineur, ma semaine s’est plutôt déroulée de façon paisible. Il faut juste que mon corps s’habitue à ce nouveau rythme. Pour l’instant j’ai un peu de mal à me motiver à faire autre chose que l’intendance de la maison en rentrant du travail. Ça va venir, juste une question de routine.

Bon je vous laisse, j’ai programmé cet article hier soir, donc là je suis derrière, mon étalon sauvage, ma formule 1 de la couture, et je vogue vers de nouveaux apprentissages.

Que cette journée vous soit douce et créative !

Une illustration à imprimer pour fêter ça !

Merci à vous pour votre implication dans le vote pour mon calendrier 2018. Grace à vous, il arrive deuxième du classement !

Pour fêter ça je vous offre l’illustration A la montagne à imprimer autant de fois que vous voudrez en format 21×29 cm.


Je vous conseille de l’imprimer sur une feuille de papier 180 g pour un plus joli rendu.

Si vous la voulez en plus grand vous pouvez vous l’offrir Ici, imprimée sur différents support !

Le torchon calendrier est quand à lui disponible chez Spoonflower et chez Roostery. Chez Spoonflower, il faudra commander un « fat quarter » en « linen cotton » si vous désirez une seule pièce, et un « yard » pour en avoir 4. Bien entendu c’est un coupon de tissu brut, à vous de faire l’ourlet et penser au petit ruban pour l’accrocher. Pour mieux comprendre le système de Spoonflower, rendez-vous sur cette page.

En revanche chez Roostery, c’est un torchon terminé, mais du coup c’est un peu plus cher !

Merci aussi pour vos encouragements pour ma nouvelle vie au travail. Je les ai gardés en mémoire pour me donner du courage le premier jour.

Allez ! Je vous raconte un peu ma première semaine de formation pour devenir « Opératrice mécanicienne en machines à coudre industrielles ».

Bon alors tout d’abord je serais aussi « mécanicienne » que n’importe quel automobiliste lambda qui fait les niveaux d’huile, vérifie la pression des pneus et met du produit lave glace dans son véhicule.

De mécanique, je n’en ferais point ! Tout juste je vérifierais au quotidien les réglages basique de mon outil de travail, soit une piqueuse ou une surjeteuse industrielle (ça variera selon les tâches du jour).

Je suis donc en formation parce que l’on ne devient point  du jour au lendemain « Opératrice mécanicienne en machines à coudre industrielles ». Ce terme à rallonge est une façon chic de dire ouvrière à la chaîne en confection textile.

Imaginez, vous avez toujours conduit une 2Cv et tout à coup on vous met entre les mains une formule 1 !

C’est un peu la sensation que j’ai eu le premier jour lorsque je me suis retrouvé derrière ma piqueuse, une Juki dernier modèle. La pédale coud bien entendu, mais soulève le pied presseur et coupe le fil aussi !

La première journée, je me suis retrouvée un paquet de fois dans le décor ! Et j’avoue qu’à la fin de la journée, je n’étais pas en grande forme, voir totalement déprimée. Ceux qui me connaissent, savent que la déprime ce n’est pas mon truc et pourtant… Je me suis demandé si j’arriverais à dompter l’animal !

Après une semaine, de pratique intensive, de kilomètre de ligne, zig zag, rond, hexagone et toutes sortes de figures géométriques, je commence à maitriser !

J’ai même pu le dernier jour monter un parement sur une poche ainsi que sur la pièce support, et monter la poche plaquée sur le support.

Un B.A.ba en couture et pourtant avec ma formule 1, j’ai dépiqué une paire de fois avant d’obtenir un résultat  tout juste convenable.

D’ailleurs même dépiquer ça ne s’improvise pas en industrie, il faut faire vite, mais sans endommager la matière, alors adieu découd-vite ! J’ai appris une technique géniale qui fait gagner un temps fou !

Allez ! Je vous le montre ma « pièce d’étude » c’est comme ça que nous devons nommer les ouvrages que l’on fait pendant la formation !

Ce n’était que la première semaine, et la formation dure jusqu’au 20 décembre, avec quelques incursions dans la vraie chaine de production.

Ensuite ce sera le grand saut. Moi et mes douze acolytes, nous serons officiellement des Opératrices mécaniciennes en machines à coudre industrielles.

Nous étions 42 au départ, et nous sommes douze à avoir été sélectionnées pour l’embauche. Ce qu’il y a de chouette c’est que nous nous entendons très bien. Cela fait de nous une belle équipe, et l’aventure est toujours plus agréable quand les compagnons de voyages sont sympathiques.

Je ne manquerais pas de vous raconter mes semaines, car je sent que pendant ces quelques mois de formation, elles vont être riches d’enseignements en tout genre !

Allez ! À cette heure j’ai déjà enfourché mon étalon de course, c’est rodéo dés le matin, je m’entraîne à le maîtriser de mon mieux !

Que cette journée, cette semaine vous soit douce et créative !

PS: Mon petit poilu Diesel à bien vécu lui aussi sa première semaine tout seul. Bon vendredi matin il faisait un peu du boudin, mais ça va, je pensais qu’il serait vraiment malheureux et que j’aurais droit à des hurlements et des aboiements toute la journée. j’avais demandé à ma voisine d’être attentive, mais non rien de cela ! Cela m’a rassuré et c’est avec moins d’inquiétude que je suis partie tous les matins.