Une illustration à imprimer pour fêter ça !

Merci à vous pour votre implication dans le vote pour mon calendrier 2018. Grace à vous, il arrive deuxième du classement !

Pour fêter ça je vous offre l’illustration A la montagne à imprimer autant de fois que vous voudrez en format 21×29 cm.


Je vous conseille de l’imprimer sur une feuille de papier 180 g pour un plus joli rendu.

Si vous la voulez en plus grand vous pouvez vous l’offrir Ici, imprimée sur différents support !

Le torchon calendrier est quand à lui disponible chez Spoonflower et chez Roostery. Chez Spoonflower, il faudra commander un « fat quarter » en « linen cotton » si vous désirez une seule pièce, et un « yard » pour en avoir 4. Bien entendu c’est un coupon de tissu brut, à vous de faire l’ourlet et penser au petit ruban pour l’accrocher. Pour mieux comprendre le système de Spoonflower, rendez-vous sur cette page.

En revanche chez Roostery, c’est un torchon terminé, mais du coup c’est un peu plus cher !

Merci aussi pour vos encouragements pour ma nouvelle vie au travail. Je les ai gardés en mémoire pour me donner du courage le premier jour.

Allez ! Je vous raconte un peu ma première semaine de formation pour devenir « Opératrice mécanicienne en machines à coudre industrielles ».

Bon alors tout d’abord je serais aussi « mécanicienne » que n’importe quel automobiliste lambda qui fait les niveaux d’huile, vérifie la pression des pneus et met du produit lave glace dans son véhicule.

De mécanique, je n’en ferais point ! Tout juste je vérifierais au quotidien les réglages basique de mon outil de travail, soit une piqueuse ou une surjeteuse industrielle (ça variera selon les tâches du jour).

Je suis donc en formation parce que l’on ne devient point  du jour au lendemain « Opératrice mécanicienne en machines à coudre industrielles ». Ce terme à rallonge est une façon chic de dire ouvrière à la chaîne en confection textile.

Imaginez, vous avez toujours conduit une 2Cv et tout à coup on vous met entre les mains une formule 1 !

C’est un peu la sensation que j’ai eu le premier jour lorsque je me suis retrouvé derrière ma piqueuse, une Juki dernier modèle. La pédale coud bien entendu, mais soulève le pied presseur et coupe le fil aussi !

La première journée, je me suis retrouvée un paquet de fois dans le décor ! Et j’avoue qu’à la fin de la journée, je n’étais pas en grande forme, voir totalement déprimée. Ceux qui me connaissent, savent que la déprime ce n’est pas mon truc et pourtant… Je me suis demandé si j’arriverais à dompter l’animal !

Après une semaine, de pratique intensive, de kilomètre de ligne, zig zag, rond, hexagone et toutes sortes de figures géométriques, je commence à maitriser !

J’ai même pu le dernier jour monter un parement sur une poche ainsi que sur la pièce support, et monter la poche plaquée sur le support.

Un B.A.ba en couture et pourtant avec ma formule 1, j’ai dépiqué une paire de fois avant d’obtenir un résultat  tout juste convenable.

D’ailleurs même dépiquer ça ne s’improvise pas en industrie, il faut faire vite, mais sans endommager la matière, alors adieu découd-vite ! J’ai appris une technique géniale qui fait gagner un temps fou !

Allez ! Je vous le montre ma « pièce d’étude » c’est comme ça que nous devons nommer les ouvrages que l’on fait pendant la formation !

Ce n’était que la première semaine, et la formation dure jusqu’au 20 décembre, avec quelques incursions dans la vraie chaine de production.

Ensuite ce sera le grand saut. Moi et mes douze acolytes, nous serons officiellement des Opératrices mécaniciennes en machines à coudre industrielles.

Nous étions 42 au départ, et nous sommes douze à avoir été sélectionnées pour l’embauche. Ce qu’il y a de chouette c’est que nous nous entendons très bien. Cela fait de nous une belle équipe, et l’aventure est toujours plus agréable quand les compagnons de voyages sont sympathiques.

Je ne manquerais pas de vous raconter mes semaines, car je sent que pendant ces quelques mois de formation, elles vont être riches d’enseignements en tout genre !

Allez ! À cette heure j’ai déjà enfourché mon étalon de course, c’est rodéo dés le matin, je m’entraîne à le maîtriser de mon mieux !

Que cette journée, cette semaine vous soit douce et créative !

PS: Mon petit poilu Diesel à bien vécu lui aussi sa première semaine tout seul. Bon vendredi matin il faisait un peu du boudin, mais ça va, je pensais qu’il serait vraiment malheureux et que j’aurais droit à des hurlements et des aboiements toute la journée. j’avais demandé à ma voisine d’être attentive, mais non rien de cela ! Cela m’a rassuré et c’est avec moins d’inquiétude que je suis partie tous les matins.

Publicités

Slovaquie, douceur de vivre et gentillesse…

Me voici de retour de mon voyage express en Slovaquie. J’y ai accompagné ma sardine qui s’y installe pour troisième année de Science Po.

Nous avons donc débarquées en Slovaquie, chargée comme des mules, heureusement que la compagnie Ryan Air facture à prix d’or les bagages en soute, cela a obligé ma sardine à n’emporter que l’essentiel. Essentiel, qui lorsque l’on est une fille coquette comme ma sardine, reste néanmoins fort volumineux !

Ce qui s’annonçait comme un périple pénible s’est transformé en une transhumance plutôt agréable.

Parties de Bruxelles, nous avons atterri à Bratislava ou nous avons fait une halte pour la nuit dans une charmante auberge de jeunesse « Freddy next to Mercury ». Jeu de mot avec l’hôtel Mercury placé juste à proximité et le non moins célèbre chanteur rock.

La chambre était très confortable, très propre, et tout ça pour un prix plus que raisonnable.

Même si le temps nous était compté nous avons mis à profit la soirée pour aller chercher nos billets à la gare qui se trouvait à 5 mn à pied de notre auberge.

Puis direction le centre-ville pour diner, histoire de prendre des forces pour la longue journée qui nous attendait le lendemain.

Merci aux avis sur le net qui nous ont permis de trouver une super pizzeria, « Gatto Matto ». Un cadre charmant, des pizzas géantes et délicieuses, un service au petit oignon et tout ça pour un prix imbattable, 9,50 € la pizza la plus chère !

 

Comme notre train ne partait qu’à 10h00, nous en avons profité pour aller se prendre un petit déjeuner dans la crèperie Pãncake. Délicieux et pas cher du tout ! Une jolie déco, une ambiance calme et chaleureuse.

 

 

Nous  avons ensuite pris le train pour la destination finale de ma sardine Banská Bystrica. Ville située en plein centre de la Slovaquie dans une magnifique région montagneuse.

Ce pays est plein de contradiction amusante. Et celle qui m’a plus marqué c’est le grand écart perpétuel que semble faire ce pays entre l’ultra modernité et les temps plus anciens.

La gare et la plupart de ses trains sont restées dans leur jus. L’accès aux voies se fait par des escaliers, pas d’ascenseur ou d’escalator, mais des porteurs sont à disposition pour vous aider à porter vos bagages jusqu’au quai.

Les tickets de train sont ultra moderne, muni d’un QR code, cependant une fois dans le train un contrôleur muni d’un gros tampon vous le valide.

Il y a encore des compartiments de 6 places dans les trains, et les siège sont en velours à l’ancienne.

L’écart entre la voie et le train semble infinie lorsque l’on doit charger deux grosse valise, heureusement les gens étaient très gentils et nous ont aider à les hisser dans le wagon.

J’ai adoré le périple en train, qui s’arrête à une multitude de gares. Prendre le temps d’admirer les paysages, se laisser bercer par la musique des rails.

Nous somme arrivée 4 heures plus tard au terminus qui était notre destination.

Un saut de puce en taxi jusqu’au futur appartement de ma sardine ou nous attendait l’agent immobilier. Charmante demoiselle au demeurant.

Voilà le périple était terminé, je suis repartie le lendemain aux aurores. Ma sardine est super bien installée, les slovaques que nous avons croisés sont d’une gentillesse, d’une serviabilité incroyable !

Je garde un merveilleux souvenir de ce voyage express. Ce pays respire la douceur de vivre et la gentillesse. Les prix sont vraiment abordable et l’on peut se faire plaisir sans se ruiner, les taxis sont super aimable et leur tarifs font qu’il est inutile de se priver de ce petit confort.

Bref la Slovaquie une destination vraiment chouette !

La veille de mon départ j’ai eu le plaisir d’apprendre que j’étais prise pour un job. Ce n’est pas le job de mes rêves, mais c’est un job, et je serais entouré de belles étoffes toute la journée.

Je vais confectionner du linge de maison de luxe.

Après ce très long billet je vous laisse, il y a un concours Spoonflower que je ne rate jamais c’est celui du torchon calendrier. Il me reste deux à truc à fignoler sur mon projet, alors je vous laisse !

Que cette journée vous soit douce et créative !

Jour après jour… Instagram…

Si vous avez envie de me suivre au quotidien, parce qu’ici je ne partage avec vous que ce qui est terminé…

Je sème des petits moments d’instantané sur mon compte Instagram

En ce moment, aquarelle et pinceaux !

Même si c’est dimanche, on ne chôme pas pour les votes et on pense à mon motif !

Que cette journée vous soit douce, belle et créative !

Cueillette du dimanche.

Le dimanche matin, avec mon poilu, nous rejoignons mon amie Dorothée et ses deux poilus et meilleurs potes de Diesel, Anatole le beagle, et Gaspards le pointer.jack-russellbeagle-et-pointer

En ce moment nous nous réfugions dans les rares forêts de la région qui sont « espaces naturels protégés » pour fuir les chasseurs.

Ce dimanche en voulant varier un peu notre parcours faute de pouvoir varier de lieu, nous sommes tombé sur un coin rempli de châtaigniers. A leurs pieds d’énormes châtaignes nous criaient : « ramassez nous ! »

Comment résister !

Nous avons fini la balade au pas tant nos sacs étaient lourds. Environ 10 kg chacune.chataigne-2chataigne-3

Maintenant reste plus qu’à éplucher tous ces beaux fruits d’automne. Et là j’en ai pour la semaine. si quelqu’un a « la bonne astuce » pour un épluchage facile rapide et efficace, je prends.chataigne-1

J’ai testé la méthode dite « anglaise », la méthode au four, la méthode au micro-onde. Et même si cette dernière est la plus « simple et efficace » cela reste vraiment fastidieux.

Sinon ayant passé la semaine loin de mon ordi, pour profiter pleinement des vacances de mes petits poissons, je n’ai découvert que ce matin que mon calendrier plante aromatique grâce à vous s’est placé dans le top 10 mais pas que…

Il est arrivé premier ! Waouh trop fière ça faisait longtemps que je n’avais plus gagné sur spoonflower !

Il est d’ailleurs disponible à la vente si ça vous intéresse.plantes-aromatique-2017-b1j'achète vert

A commander uniquement sur du « Linen Cotton Canvas Ultra » car il a été calibré pour ce tissu. Si vous le commandez sur un autre tissu vous n’aurez pas le motif en entier.

Encore un million de merci pour votre persévérance. Le système de votation étant assez décourageant si on n’a pas de temps à perdre.

Que cette journée vous soit douce, belle et créative.

Cueillette d’automne.

Cette année encore, j’ai pisté toutes les douceurs que la nature nous offre généreusement, qui sont à disposition gratuitement dans la ville et la campagne.

Pas de mûres pour cette année, avec l’amoureux nous avons loupé le créneau. Pas trop grave la cueillette de l’an passé était tellement énorme que nous avons de quoi tenir dix ans en confiture. Et je n’ai pas encore réussi à ce jour à utiliser toutes celles conservées au congèlo.

Cette année pas de noisettes non plus, sans doute à cause de l’été pluvieux, nos arbres habituels n’ont pas donné grand-chose et la plupart des noisettes ramassées étaient ou vermoulues ou pourries de l’intérieur.

En revanche pour ce qui est des prunes et des mirabelles ça été jack pot !mirabelles-1

Quatre belles récoltes, de quoi faire plein de confitures, de tartes et d’en stocker au congélo pour l’hiver.mirabelles-2mirabelles-3

J’ai aussi découvert qu’une carte collaborative mondiale des cueillettes urbaines gratuites avait été initié par deux étudiants américains. falling fruit – Carte du glanage urbain!

Vous y  trouverez peut être quelles sont les petites merveilles comestibles à glaner près de chez vous !

 

Bon je m’en retourne à mes mirabelles…mirabelles-4

Que cette journée vous soit douce, belle et créative.

Diesel in the city : Hypnotique !

diesel le jack russell in the citydiesel le jack russell qui parle 1diesel le jack russell qui parle 2diesel le jack russell qui chine à manger 1diesel le jack russell qui chine à manger 2diesel le jack russell qui chine à manger 3diesel le jack russell qui chine à manger 4diesel le jack russell qui chine à manger 5
diesel le jack russell qui parle 3diesel le jack russell qui parle 4Diesel est un petit malin, opportuniste et manipulateur, mais qu’est-ce qu’on l’aime !

Que cette journée vous soit douce et créative.

Un parc canin à Lille ?

Comme toutes les grandes métropoles, Lille édite un magazine gratuit distribué dans les boites aux lettres.

On y trouve les actualités culturelles de la ville, quelques articles sur les initiatives locales et aussi les différents aménagements urbains réalisés par la commune.

Dans le numéro de cet été, j’ai eu l’agréable surprise de lire qu’un parc canin avait été aménagé. Et ce fut encore plus agréable lorsque j’ai découvert que ce parc canin se situait dans mon quartier.

Bien que n’ayant jamais fréquenté l’espace vert ou se situait ce nouveau parc canin, parce que peu avenant jusque-là. Il est coincé entre une bretelle d’autoroute et des barres d’immeubles HLM ou squattent souvent des bandes peu aimables.

L’article ventant les mérites du réaménagement de cet espace vert, notant que cela donnait « un nouveau souffle au quartier jusque-là un peu délaissé », je me suis dit que je ne perdais rien à aller voir…enclot à chien à lille 3

Quelle ne fut pas ma déception en arrivant sur place. Autant les équipements et l’aménagement du site est plutôt réussi (bien que les bandes peu aimables soit toujours là au pied des barres HLM), autant le parc canin n’en est pas un. Tout juste un enclos à chiots et encore.enclot à chien à lille 6enclot à chien à lille 2enclot à chien à lille 5enclot à chien à lille 1enclot à chien à lille 4

Cet espace, certes clôturé, est ridiculement petit. Le principe d’un parc canin est un très espace d’au moins 500 m2 pour que les chiens puissent courir en toute sécurité sans risquer de s’enfuir et de se retrouver sur la voie publique.

Grosse déception pour Diesel aussi…diesel le jack russel au parcdiesel le jack russel au parc 1

Le reste de l’espace, bien que très grand est interdit aux chiens même en laisse, ce qui somme toute peut être compréhensible lorsque l’on voit déjà le nombre de crottes sur les trottoirs alors que la ville met à disposition de ses citoyens de distributeurs de sac à crottes gratuits environ tous les 500 m.

L’intention était louable madame  Martine Aubry, mais vous ne devez pas avoir de chien, vous auriez dû faire appel à des spécialistes du monde canin pour qu’ils vous expliquent le concept d’un vrai parc canin.

C’est dommage car les espaces ou pourraient être aménagé un vrai parc canin existe, il y en a un d’ailleurs juste à côté de chez moi, le long du boulevard de la Moselle. Un grand espace vert peu prisé par les promeneurs parce que coincé entre deux route, mais très utilisé par les propriétaires de chiens.

Il suffirait de le clôturer, de disposer plusieurs distributeurs de sac à crottes à l’intérieur et aux accès et vous auriez là un vrai parc canin dans le quartier.

Que cette journée vous soit douce et créative.